Dr Don MIguel Ruis

Principes ou repères: 4 accords qui servent de guide.

Je débute en te rappelant le titre de mon balado : « Ça dépend de toi! ».

Je reviens sur celui-ci et je fais le lien avec le thème de cette capsule :  en quoi les principes qui sont en place dans notre vie permettent-ils que nous nous sentions en puissance?  La place de l’autodétermination est importante dans ce titre : il indique que nous avons le droit et le choix d’établir ce qui permettra de créer une vie à notre image et à notre goût…. Et si non, c’est aussi à partir de nos décisions individuelles que cette même vie se déploiera.

Pour ma part, j’aime plus ou moins le mot principe; je le trouve rigide, fermé.  Comme tout est dans l’interprétation, il est possible qu’il fasse plein de sens et qu’il ne suscite absolument pas ça chez vous!  J’ai un côté rebelle en lien avec « c’est ça qui est ça et faut que ce soit fait comme ça ».  Je crois en la nuance.  Alors, par « principe », j’entends davantage valeurs, repères, lignes directrices, phare..  Et ça, tout le monde en a, quoi qu’il en dise.  Jusqu’à présent, je n’ai rencontré personne, pas un chat, qui n’avait aucun principe.  Même la personne qui vit sans principe dit et répète qu’elle vit sans principe…. Et s’en fait donc un principe !!!

Les phares dont je vais vous parler aujourd’hui sont ceux que j’ai trouvés les plus simples à appliquer et les plus justes dans ce qu’ils expriment.  Ce sont ceux que l’on retrouve dans les 4 accords Toltèques de Don Miguel Ruis.  Cet homme de science et de spiritualité a su expliquer clairement et simplement quelques balises qui font que nous pouvons vivre en cessant de juger soi-même et autrui et en retournant dans notre vérité intérieure.  Là où ce n’est ni l’ego ni l’attrait du pouvoir qui mène…

Le premier accord que Dr Ruis nous enseigne est « Que votre parole soit impeccable ».  Immédiatement, on pensera à ce que l’on dit aux autres, à la façon dont on s’adresse à eux ainsi que la vérité (ou parfois les demis-vérités) que l’on avance.  En fait, il y a de ça, mais pas seulement.  Selon Don Miguel Ruis et bien d’autres qui partagent cette même perception de l’Univers (dont je suis), tout est interrelié.  Je dis souvent que tout’ est dans tout’ et c’est ce que je crois.  Il y a de l’infiniment petit dans l’infiniment grand et vice versa.  Comme un hologramme qui contient en toutes petites parties ce que représente le grand tout.

Ainsi, quand on choisit de dire des choses inexactes, qui peuvent porter préjudice, quand on choisit de parler à travers notre chapeau ou qu’on est dans une zone où seules les méchancetés sont nommées, c’est à soi et à l’autre qu’on fait du tort.  Parce que l’autre, c’est nous.  Et nous sommes l’autre.  Ce qui veut dire que quand on se tape sur la tête et qu’on se diminue, c’est tout le monde que l’on juge et insulte.  Ce que l’on sème va pousser.  On ne doit pas s’attendre à voir pousser une carotte si on a planté un navet!  C’t’encore drôle, tu m’diras, mais règle générale, c’est de même que ça se passe.  Donc, plus tu t’accorderas du respect, de la douceur et de la compassion, plus ce sera ce que tu sèmeras autour de toi.  Et plus nous serons d’êtres à en semer, plus nous ajouterons de bonté à l’humanité…. C’est à réfléchir…

Ensuite, il y a le 2e accord qui dit que « Quoi qu’il arrive, n’en faites rien de personnel».  En fait, c’est assez simple quand on y pense et très efficace quand on l’applique.  Chacun d’entre nous voyageons avec notre lot de croyances, de préférences, ce qui nous intéresse ou non, ce qu’on aime ou pas … Donc, quand quelqu’un nous adresse un compliment, une critique, une louange ou un autre remarque, il parle de lui, pas de nous !  Ce que je veux dire c’est que peu importe la situation ou la raison pour laquelle il y aura un jugement de fait, c’est à travers de son centre de tri à lui que ce sera fait.  Ainsi, que ce soit à propos de la couleur d’un chandail ou d’une décision hautement politique, ce qui sera énoncé aura possiblement bien peu à voir avec la personne qui le porte ou prend la décision mais bien davantage à voir avec les conditions d’acceptation ou de refus qui régissent la pensée de celui qui donne son opinion.  Alors pour chaque personne qui n’aime pas ceci ou cela chez vous, il y a toutes celles qui aiment précisément ce même élément !

Vient maintenant le : «Ne pas faire de supposition».  Quel piège épouvantable que de se laisser aller dans les suppositions !!!  Les effets des suppositions sont tellement pervers !!  Combien de fois je me suis dit que telle ou telle personne ne m’avait pas appelée parce que je devais avoir dit quelque chose de déplacé.  Que j’avais peut-être été maladroite la dernière fois qu’on s’est vu. Qu’elle a peut-être eu un accident et je ne l’ai pas su.  Même chose avec les inquiétudes reliées à un retard : OMG, mon chum a une maîtresse!!!  Ou c’est sûr que mon enfant a pris le fossé à cause du verglas.  Le médecin veut me voir suite à une prise de sang : Maladie Mortelle !!!!   Ce n’est peut-être pas votre genre, mais je vous assure que ça a été ma vie loooonnngtemps!   Pour d’autres, le pire scénario nait d’une convocation dans le bureau de leur patron ce qui, évidemment  équivaut à un congédiement.

En fait, les suppositions alimentent notre imagination, augmentent notre niveau de stress et, aussi, ouvrent la porte à bien des déceptions.  Combien de fois vous êtes-vous créé un scénario dans votre tête à partir d’informations incomplètes, de détails sommaires?   Certains peuvent partir toute une rumeur en voyant qu’il manque un véhicule dans la cour de leur voisin depuis plus de 2 jours! Séparation, hospitalisation, divorce, tricherie !  Woh les moteurs !  Un voyage d’affaires ça se peut aussi !  Les réseaux sociaux nous permettent aussi de nous déchaîner quant aux suppositions : tant de bonheur, de voyages, de plaisir, d’amis, de partys, « mais pourquoi tout le monde est si plussssss heureux que moi !!!! ». Isshhh ! Je confesse la propension que j’avais à prendre facebook/instagram pour du cash ! J’ai parfois nommé mon impression aux personnes concernées au moment d’une rencontre ou d’un échange et là,  j’apprenais que ces personnes vivaient évidemment leur lot de défis !!  Séparation, ennui, routine, dépression, en mode survie et que leur seul souhait était de s’évader sur une île déserte et de se faire oublier !  Ça te remet l’imaginaire dans la réalité. En fait, plus il y avait une distance avec les réseaux sociaux, mieux ces personnes se portaient…  À réfléchir ! Mais ce n’est pas le sujet de ce texte.

Enfin, le 4e et non le moindre : «Faites toujours de votre mieux».  Celle-là je l’aime particulièrement, parce qu’elle dit le contraire que ce qu’on comprend spontanément en l’entendant.  Je suis presque certaine que vous avez eu la pensée que ça voulait dire d’être toujours au top et de viser le top !  Pourtant, ce n’est pas ce qui est dit.  Ce que ça implique c’est que peu importe dans quel état tu es, avec quelle émotion tu dois jongler, avec qui tu dois intervenir, tu dois faire ce que tu peux de mieux dans la situation.  Ainsi, si tu dois aller donner un cours de trompette et que tu as un mal de tête de feu, c’est fort possible que ce ne soit pas ton meilleur moment de l’année.  Donc, la question à te poser est : comment et qui dois-je être dans cette situation pour être au mieux de mon état qui lui n’est pas au max.  Si je me sens disponible à 50% de mon 100% habituel, comment je peux rendre ce 50% optimal.  Ça se peut que tu te mettes des bouchons, c’est aussi possible que tu aies à expliquer que tu devras prendre des pauses plus souvent que d’habitude.  C’est aussi possible que tu fasses un arrangement d’écourter la leçon et de reporter le temps sur la prochaine.  Comme partenaire, comme parent, comme ami, il nous est arrivé à plusieurs reprises de ne pas être satisfait de ce qu’on avait eu comme réaction ou comme présence.  Ça s’appelle la vie.  Et quand ces situations se produisent et qu’on a la conscience de se demander comment faire de son mieux malgré ce qui nous habite, ça permet de se questionner, de se positionner et de faire le meilleur choix qui s’impose dans la situation.  On ne s’attendra pas d’un athlète qui attrape l’influenza de performer comme s’il était frais comme une rose.  Il optera certainement pour tout donner ce qu’il est en mesure de donner.

En bonus, vous éviterez de vous sentir coupable et de vous juger en vous répétant que vous auriez pu faire mieux…. C’est ce que vous aurez fait, le mieux !

Voilà!  C’est tout et c’est TOUT!  Pas plus compliqué que cela.  Du beau grand bon sens rempli de plein d’intentions logiques et atteignables. On ne parle pas ici de se transformer ou de se montrer meilleur que les autres.  On parle de mettre nos forces et valeurs à profit afin de créer un espace pour réaliser son propre potentiel humain et permettre aux autres de laisser s’exprimer le leur….

Donc :

Ne prenez rien de personnel

Que votre parole soit impeccable

Faites toujours de votre mieux

Ne faites pas de supposition.

Pratiquez-les le plus souvent possible, comme les lignes qui forment un cadre au sein duquel il vous est possible d’évoluer dans le respect de vous et de l’autre.

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager!

Articles récents

Pourquoi tu fais ça?

C’est tellement une question que je me pose souvent… Trop souvent !

Je pense à faire quelque chose, j’ai cet élan qui monte et je me dis “Oh oui ! Quelle bonne idée!” Puis… pouf. Je laisse éteindre ça, parce que je trouve tout à coup que ce n’est pas nécessaire, que ce n’est pas vraiment important, et que, au pire, ça pourrait provoquer du jugement…

La suite »

Rejoins-moi !

Inscription

[zcwp id = 4]